Selon un adage bien connu, les voyages forment la jeunesse. Une citation tout aussi populaire affirme que l'on voyage pour changer, non de lieu, mais d'idées (H. Taine). Une autre encore dit que partir, c'est quitter son cocon, ouvrir ses ailes et s'envoler. C'est s'apercevoir qu'on n'est pas les seuls sur la planète, qu'on ne sait pas tout comme on le pensait. On devient plus humble, plus tolérant, un peu plus intelligent (P. Fillit)... En quelques semaines de voyage, j'ai parfois l'impression de vivre une vie entière. Sortir de sa zone de confort pour aller explorer le monde, les yeux grands ouverts, c'est s'engouffrer dans l'inconnu en laissant la porte ouverte aux idées nouvelles. Naissent alors un tas de réflexions parfois chaotiques, prises de conscience aléatoires au gré des rencontres, des lieux, du cheminement de la vie...

(Voir d'autres partir, dire au revoir et rester derrière.)

(Où le trajet compte tout autant, voire d'avantage, que la destination.)

(Spoiler : non !)

(Mise à mal du statut de "touriste".)

(Pourquoi je ne veux pas monter sur le dos des éléphants...)

(Une fatigue voyageuse.)

(Trois mois plus tard, le temps s'étire...)

(De l'importance de s'écouter pour trouver l'endroit approprié.)

(Parfois l'univers tout entier semble nous pousser dans une direction.)

(Boum.)

La chance des voyageurs
(Parce que oui ! on a de la chance de voyager...)

Lettre au voyageur qui parfois se sent seul
(Un bout de discussion qui a quelque chose d'universel.)

Une pelote détricotée
(Celui qui veut renaître doit déconstruire un monde.)