Canaries

Il y a des moments, comme ça, où une idée vous vient en tête et n'en part plus pour peu que vous lui prêtiez ne serait-ce qu'une minime attention ; si vous l'écoutez attentivement elle se met à grandir, de plus en plus, de la tête elle passe au ventre en le chatouillant doucement, agréablement si vous ne résistez pas, et puis elle remplit votre cœur en le faisant battre de plus en plus fort. Vous pourriez trouver des tas d'arguments pour ne pas la suivre, elle peut sembler déraisonnable, irréfléchie, illogique... Mais, au fond... L'est-elle vraiment ? Et si, derrière tous ces mots qui vous poussent à taire cette idée, il n'y avait que la peur (du changement, de l'inconnu, de la nouveauté, de sortir des cases, des normes, des habitudes)...?

Cette fois encore, j'ai fermé les yeux sur toutes les pensées qui fixent les pieds au sol.
Et cette fois encore, j'ai constaté qu'écouter la petite voix qui me tire vers l'ailleurs s'est avéré être exactement... parfait. 


Tenerife, la tête.
(Où les réflexions et le cheminement intérieur priment sur les découvertes géographiques.)

La Gomera, les pieds.
(Où le lâcher prise transforme l'itinérance.)

La Palma, le coeur.
(Où les rencontres font le voyage, avec une fin en queue de poisson.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire