lundi 27 juin 2016

Une douce errance.

Un mois déjà, presque ?

C'est fou comme le temps passe vite quand on n'y prend pas garde, quand on regarde ailleurs, quand on s'occupe plus à vivre sa vie qu'à l'organiser. Ma vie, là, c'est un peu le bordel si on l'observe de l'extérieur ; mais peu m'importe, vue de l'intérieur elle me va tout à fait. Il y a presque un mois la porte de la maison s'est refermée sur l'immobilisme, le refuge ; aujourd'hui la page est belle et bien tournée, elle me semble déjà si loin derrière, et les suivantes se succèdent les unes après les autres au rythme d'une lecture assoiffée.


Le passé file derrière mon dos ;
Le présent s'impose en évidence ;
Et le futur se colore de mille possibles.

Rennes, Nancy, Prague, Lyon, Paris... 
De ville en ville, d'ami en ami, de vie(s) en vie. 
Le tout entrecoupé de longues heures de bus pour économiser l'argent plus que le temps. Ce que j'y ai vu et fait n'a pas vraiment d'intérêt à être écrit ici : il y a eu bien plus de retrouvailles, de rencontres, de simples moments de partages, que de visites et découvertes géographiques.

Je crois que mon dessin en dit bien plus que tous les mots que je pourrais aligner...

Plus tard peut-être (probablement) reviendront les histoires dépaysantes d'aventures lointaines.
Ou bien les réflexions d'une tête sans cesse agitée d'idées nouvelles.
Ou même les états d'une âme pleine d'envie de partager ce qui compte.
...
Pour l'heure, ma plume est plus à l'aise à gribouiller qu'à griffonner.
Et moi, pour l'heure, je suis plus investie à vivre ma vie qu'à la raconter...


2 commentaires:

  1. Quel joli dessin: que d'interprétations possibles, que d'imagination.

    Vis ta vie: elle doit être pleine d'imprévus et c'est magnifique.

    RépondreSupprimer