dimanche 15 mars 2015

Malaisie : un bout de Penang.

Donc, où aller après Cat Beach ?...
Pas bien loin, puisqu'on doit retrouver Kévin le 18 pour aller méditer sur la colline de Penang.
Comme on pensait faire une semaine de volontariat, on se retrouve un peu sans but...
Aurélie est nostalgique de la Thailande, et moi déçue de n'avoir pas pu trouver ma place dans cette maison pleine de chats. Un peu lasses, sans l'envie de trop réfléchir à la prochaine destination, on suit simplement un conseil et on va tout près, au prochain village.

L'endroit s'appelle Lazy Boys.
On prend le nom au pied de la lettre.


Après une nuit, on en réserve deux autres.
Les journées s'étirent...
Jouer aux cartes, discuter, boire du café (gratuit, illimité, et surtout NOIR !... ce qui fait très plaisir vu le nombre d'endroits où on ne trouve que les sachets 3 en 1 de café sucré au lait), se balader, aller voir la mer, manger indien, et puis retourner à la guesthouse, retrouver des chats, et profiter de l'ambiance détendue, amicale, chaleureuse, familiale, conviviale... (etc).

Pourquoi aller ailleurs ? On est bien ici.
C'est probablement exactement l'endroit qu'il nous fallait.

Au bout de deux nuits, on en réserve une quatrième.
Et au matin de la troisième on se lève à l'aube pour aller voir le parc national.


Marcher dans la jungle, sur la plage, prendre un bateau entre Turtle Beach et Monkey Beach...

Il fait beau, il est encore tôt et le soleil ne cogne pas trop.

Quelques touristes, mais pas encore grand monde.
Tout est calme...


Monkey Beach porte bien son nom.
On le savait, mais on n'y pensait plus...
Après quelques mètres les pieds dans l'eau, on tourne la tête, et les voilà :


Ils traînent entre les tables en cherchant à manger, n'importe quoi, des restes, ils fouillent dans les déchets éparpillés et en récupèrent ce qu'ils peuvent.


Et puis il y a des bébés, accrochés au ventre de leur mère, qui nous regardent avec des yeux immenses.


On s'éloigne un peu, on attend qu'ils disparaissent pour sortir de quoi manger... mais on n'a pas le temps de finir, déjà l'un d'eux réapparait et vole une tranche de pain à Aurélie.

Mieux vaut ne pas essayer de les en empêcher, sinon ils montrent les dents et sont prêts à attaquer.


Même en prenant des photos il faut mieux faire attention : ils sont méfiants et parfois n'aiment pas me voir me baisser et diriger l'objectif sur eux...


Bon, et puis ils font leur vie, on fait la notre.
Ils passent et repassent par petits groupes, on investit des hamacs pour faire une sieste.
On profite de la plage.
On laisse filer le temps sans se presser.
Lazy...
C'est bien aussi, parfois.


Plus tard, plus loin, on retrouve des gens de la guesthouse, des clients et un des propriétaires. On reste avec eux tous pour rentrer, et quand on monte dans le bus c'est comme si on était en colo. Une joyeuse ambiance de vacances.


Pas grand chose de plus à ajouter...
On est parties d'un endroit où on ne se sentait pas vraiment bien, sans trop savoir où aller, on s'est laissées diriger au hasard, sans trop réfléchir, et on a trouvé ce qu'il nous fallait sans le chercher.


Alors pour la suite, on continue sur cette lancée.

Happiness is like a butterfly; the more you chase it, the more it will elude you, but if you turn your attention to other things, it will come and sit softly on your shoulder...
H. D. Thoreau

4 commentaires:

  1. Encore de magnifiques photos... singes et paysages de rêve... sur certaines vues de plage déserte, je me surprends à penser à Tom Hanks...
    Manque les chats de la guesthouse quand même :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien assez de photos de chats la dernière fois ! Faudrait pas risquer l'overdose... les singes c'est bien aussi, non ? :)

      Supprimer
  2. Belles photos Gwen!! Avec les singes, Magnifiques :)

    RépondreSupprimer