dimanche 18 janvier 2015

À travers la Chine (3).

Dernière nuit à Chengdu, levées au aurores pour prendre un bus.
Les billets ont été achetés la veille, mais on arrive quand même à la gare une heure à l'avance juste au cas où, pour être sure d'avoir le temps de se repérer ; c'est fait en cinq minutes : on sait où embarquer, on sait que ce n'est possible que dix minutes avant le départ. Alors on attend une heure... 

9h10, on part pour la bamboo sea.


Il y a peu de monde dans le bus, ça ne doit pas être la saison touristique.
(Tant mieux.)
Mais le temps ne se prête pas non plus à la randonnée dans un parc national...
(Tant pis ?)

C'est presque un hasard, qu'on aille là-bas.
En parcourant un lonely planet à Hohhot, j'étais tombée sur cet endroit, vaguement sur notre route vers le sud, et quelques photos nous ont convaincues. Les infos manquent sur internet, on n'a pas eu le temps de bien se renseigner et on part sans savoir où dormir ni où aller exactement ; j'ai juste très envie d'aller marcher dans la nature...


La route défile, on somnole, puis à un moment le bus s'arrête et le chauffeur me fait signe qu'on doit descendre. Il sort nos sacs de la soute, me désigne une voiture et un gars, je comprend qu'on doit le suivre ; on est tout juste réveillées, pas le temps de se poser de questions, on monte...

Mais, le bus n'était pas sensé nous déposer à l'entrée du parc national ?...


On suppose qu'il n'y avait pas assez de monde dans le bus pour aller au parc, et qu'on se retrouve dans un taxi sans rien de plus à payer ; ça nous va très bien. Le chauffeur nous dit "you are welcome" avec un traducteur sur son téléphone, il nous accompagne à l'entrée pour qu'on paie le droit de passage, puis nous demande si on a un hôtel... Non, rien de réservé ; il dit qu'il en connait un pas très cher et nous y emmène. S'en suit un long moment de discussion et négociations par traducteurs interposés, on fini par tomber d'accord sur le prix de la chambre et celui d'une excursion avec ce même chauffeur pour aujourd'hui et demain.

À peine le temps de poser les sacs dans la chambre, on repart en voiture.
Cinq minutes de route, on s'arrête, on lit sur le traducteur "Go straight, don't look back, I'll wait for you at the other side", alors on part sur le sentier désigné pour s'enfoncer dans la nature.


Ce calme, tout autour !
Il n'y a que nous, au milieu des bambous dans le brouillard.


Un silence impressionnant, après ces dernières semaines de route.

Reposant, apaisant, ressourçant...

Ça fait tellement de bien...

   
Le lendemain, la brume est encore bien plus présente.
Vraiment dommage, pour la vue depuis les hauteurs.
On ne peut que deviner comme elle doit être belle...


Mais quand on n'y voit plus à quelques mètres, ça crée une ambiance irréelle.
Surtout quand on se balade sur un chemin à flanc de falaise, en longeant des sculptures immenses et des constructions anciennes qui semblent improbables, isolées au milieu de la mer de bambou ; ça laisse rêveur...


La journée file, comme ça, entre temples, cascades, falaises et forêt.

Puis le guide nous dit "you have seen everything". Déjà ? Il est temps de repartir, il nous ramène jusqu'à la prochaine ville et nous met dans un taxi pour aller chercher un train.


C'était court...
Mais vraiment bien !
Comme une parenthèse, une bouffée d'air, un retour à la nature au milieu d'un trajet parsemé de villes trop grandes.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire