mercredi 6 janvier 2016

Lettre au voyageur qui parfois se sent seul

Toi, loin par les kilomètres, tu me demandes avec une mélancolie qui transpire de tes mots, dans un soupir que j'ai l'impression d'entendre au creux de mon oreille, tu me demandes pourquoi parfois il y a ces moments où tu te sens si seul que t'as le cafard et le ventre en deux...

Et ma réponse, soufflée par tous ces coups de mou, ces vagues à l'âme que j'ai connus et connaîtrai encore, elle t'est destinée comme elle pourrait l'être à tant d'autres qui, sois-en sûr, partagent tes doutes. À ceux qui remplissent des bouts de vie par l'inconnu en se laissant porter par les hasards, les multiples possibles, les pourquoi pas. Et qui un jour ont le cafard, sans trop savoir pourquoi. Mais qui, comme toi, comme moi, finissent toujours par repartir de plus belle…


Pourquoi...

mercredi 30 décembre 2015

La chance des voyageurs

Une question qui tourne en boucle et en rond sur la toile. Ou plutôt une affirmation pleine de fierté, avec un brin d'agacement peut-être, à raison certainement :

"Non, les voyageurs ne sont pas chanceux de voyager !"

Parce qu'on l'a choisi, parce qu'on ne le doit qu'à notre courage et notre volonté, parce que voyager est à la portée de tous, vraiment, lisez les blogs voyages pour vous en rendre compte !...
Oui... Mais non, en fait.
Pas tout à fait, pas seulement...


La chance d'être née au bon endroit, au bon moment.

Être née… Rien que ça, c'est une chance, non ? Sans ça, pas de voyage. (Ok, c'est facile... Mais indéniable !)

Au bon endroit… Dans un pays sans dictature, sans guerre sur son territoire, avec le droit à l'éducation, le remboursement des soins médicaux, l'eau potable courante dans les maisons, des aides sociales, un passeport (au prix de même pas 10h de travail smicard !) qui ouvre les portes (souvent gratuitement) de presque tous les pays… Dans une famille "moyenne", ni riche ni pauvre, où j'ai toujours mangé à ma faim même si, parfois, le cadeau de noël rêvé était trop cher, tant pis, tant mieux ? ça apprend la valeur de l'argent... De parents aimants qui m'ont guidée sans me brider, sans imposer un choix d'avenir dont je ne voulais pas...

vendredi 23 octobre 2015

Pas besoin d'aller bien loin...

... pour s'évader.

Un endroit, n'importe où, au pif ; chez une connaissance, amie d'ami, pour moi un contact d'internet avec qui les affinités donnent envie de rendre les mots sonores. Et qui, en prime, vit dans des montagnes qui me sont inconnues ; j'ai vu d'avantage de l'Islande ou de la Norvège que de mon propre pays, il serait peut-être temps de s'employer à réparer l'injustice, non ? Et tant qu'à m'être trouvé une occasion-prétexte, j'entraîne dans mon élan l'ami-lien pour qu'il profite aussi de la virée.

Aller, viens, on va changer d'air un peu.


On choisit la date sans trop y réfléchir, au pif au mieux. Trois jours avant, on prend des billets de bus pour aussi loin que possible ; parce que, vraiment, 19€ (!) jusque Grenoble, on pouvait pas passer à côté, ça vaut bien des heures étirées sur la route. La veille on réserve un covoiturage pour le reste du trajet, on enfourne en vrac des affaires dans nos sacs bien trop grands pour seulement un week-end, et le jour J on s'en va en frissonnant dans l'humidité qui rend le froid si perçant chez nous.